Jouer au poker

Si le poker est le jeu le plus répandu dans le monde, que ce soit dans les casinos terrestres, dans les cercles privés ou en ligne, le Texas Hold’em en est la plus célèbre des variantes. Cette version Texane, comme son nom l’indique, ne fera son apparition à Las Vegas que dans les années 70, et ne sera autorisée en Californie qu’en 1987.

Voici le jeu le plus équilibré entre le fameux bluff, le brin de chance sur lequel il faut compter, et une bonne capacité à calculer rapidement.

Salles de poker en ligne

Vous recherchez une salle de poker en ligne ? Retrouvez sur adpoker.fr un large choix de sites pour jouer au poker depuis chez soi.

Et avant de vous asseoir à la plus prestigieuse des tables, faisons une petite révision des règles de base du Texas Hold’em, histoire de vous mettre en alerte permanente pour briguer le pot.

Introduction au Texas Hold’Em Poker

Le jeu se joue avec un jeu de 52 cartes standard. Le rang des cartes est déterminé par leur valeur, non par leur couleur. Toutes les couleurs (Pique, Cœur, Carreau, Trèfle) ont la même valeur. Une partie peut commencer avec 2 joueurs, une table pouvant accueillir jusqu’à 10 joueurs.

Le Texas Hold’Em poker se joue entre les joueurs à la table et non contre l’opérateur de jeu. Le but du jeu est de remporter une ou plusieurs parties de jeu face à ses adversaires. Une partie de jeu désigne la période allant de la pose des Blinds à la distribution du pot (somme de toutes les mises). C’est un tour de jeu.

Une partie peut se gagner de deux manières différentes : soit en montrant la meilleure combinaison de cartes à l’abattage (au moment où les mains des joueurs sont dévoilées et comparées), soit en faisant passer tous ses adversaires (ils se couchent et abandonnent le pot).

Les Combinaisons

Le rang des mains est détaillé ci-dessous : de la main la plus faible à la main la plus forte.

• Hauteur : Aucune combinaison. Simplement une séquence de cartes sans rapport. La carte la plus forte gagne. S'il y a égalité sur la plus forte carte, la seconde carte (Kicker) est prise en compte. Par exemple, une main A J 8 7 5, dépareillée en termes de couleur des cartes, est plus forte qu’une main As 10 8 7 5 dépareillée.

• Paire : Deux cartes de la même valeur.

• Deux Paires : Deux paires de valeurs différentes.

• Brelan : Trois cartes de la même valeur.

• Quinte (suite) : Combinaison de cinq cartes qui se suivent.

• Couleur : Combinaison de cinq cartes de la même couleur (pique, trèfle, carreau ou cœur).

• Full : Combinaison d'un brelan et d'une paire.

• Carré : Combinaison de 4 cartes de la même valeur.

• Quinte Flush : Combinaison de 5 cartes qui se suivent de la même couleur.

• Quinte Flush Royale : La meilleure main au poker : quinte flush du 10 à l'AS.

Pour une même combinaison, la main la plus forte est celle dont la valeur est la plus élevée (par ordre décroissant : as, roi, dame, valet, puis 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2).

Déroulement d'une partie de jeu

La distribution des cartes débute à partir de la première personne assise à la gauche du donneur. Pour désigner le donneur, une carte est distribuée face découverte à chaque joueur.

Le joueur qui reçoit la plus haute carte est désigné comme donneur. L’identification de la plus haute carte dépend de la valeur de la carte (par ordre décroissant : as, roi, dame, valet, puis 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2) mais également de sa couleur (par ordre décroissant : pique, cœur, carreau, trèfle). Après chaque main, le bouton « donneur » est déplacé au joueur suivant dans le sens des aiguilles d’une montre.

A la gauche du « donneur », les blinds sont placées. Les blinds sont des mises obligatoires que doivent poser les deux joueurs à gauche du donneur. La petite blind est posée par le joueur juste à côté du « donneur » et la grosse blind est déposée par le joueur suivant.

Le Texas Hold’Em poker est un jeu à quatre tours d’enchères, un tour d’enchères se termine lorsque les joueurs encore en jeu ont tous misé le même montant.

Au début d’une partie de jeu, chaque joueur reçoit deux cartes faces cachées. Ce sont les cartes privatives. Au fur et à mesure de la main, cinq cartes communes vont être distribuées face découverte au centre de la table de jeu. La distribution des cartes est faite de manière aléatoire.

Le premier tour d’enchères (pré-flop) démarre après la distribution des cartes privatives. Le premier joueur à parler est celui situé à gauche du joueur qui a déposé la grosse blind.

Le second tour d’enchères (le flop) a lieu juste après la distribution du flop (constitué des trois premières cartes communes). Le premier joueur à parler est celui situé à la gauche du « donneur » (soit celui qui a déposé la petite Blind).

Le troisième tour d’enchères (le tournant) a lieu juste après la distribution du tournant (une carte commune supplémentaire). Le premier joueur à parler est celui situé à la gauche du « donneur ».

Enfin, le quatrième tour d’enchères (la rivière) a lieu juste après la distribution de la rivière (une carte commune supplémentaire). Encore une fois, c’est le joueur situé à la gauche du « donneur » qui parle en premier.

La partie se termine obligatoirement après ce dernier tour d’enchères. Les joueurs encore en jeu à la fin du dernier tour d’enchères doivent combiner leurs deux cartes privatives et les cinq cartes communes pour former la meilleure combinaison de poker à cinq cartes.

Dénouement d’une main

Au moins deux joueurs restent en jeu jusqu’à la fin du 4ème tour d’enchères, les joueurs dévoilent leurs cartes, la plus forte combinaison remporte le pot : il s’agit de l’abattage. Lorsque les joueurs restants en jeu arrivent à l’abattage, les jeux sont dévoilés les uns après les autres. Le joueur qui montre son jeu en premier est celui qui a fait la dernière mise ou relance après la rivière. S’il n’y a pas eu de mise à la rivière, le premier à montrer son jeu sera le joueur le plus prêt du bouton.

Les joueurs ayant une combinaison égale ou plus forte à celle dévoilée montrent leur jeu. Si un joueur a une combinaison inférieure, il peut cacher sa main et la jeter. A ce moment-là, plusieurs situations sont possibles : - Le joueur montrant la meilleure combinaison remporte le pot. - Si deux joueurs ont une combinaison de même niveau, il faut comparer la carte accompagnante qui ne sert qu’en cas de plusieurs combinaisons de même niveau (le Kicker).

Exemple : - Joueur A possède As/10 - Joueur B possède As/9 - Les cartes communes (le tableau) est : As/As/Roi/5/2. Les deux joueurs possèdent un brelan (3 As). Pour les départager, il faut comparer leur kicker : - Le Joueur A possède la main As/As/As/Roi/10 - Le joueur B possède la main As/As/As/Roi/9 Résultat : le joueur A possède un Kicker supérieur (le 10), c’est lui qui remporte le pot.

Si plusieurs joueurs ont une combinaison de même niveau et qu’ils possèdent le même Kicker, alors le pot est partagé en autant de parts égales qu’il y a de joueurs gagnants. Un joueur mise et tous les autres joueurs se couchent, le joueur restant remporte le pot. Il n’est pas obligé de dévoiler sa main.

Limites des tables

- Limite fixe (Fixed Limit) : les mises sont limitées à chaque tour d’enchère. Pour une table en limite fixe 2/4 €, les mises minimum et maximum pour les deux premiers tours correspondent au premier chiffre indiqué alors que les mises minimum et maximum pour les deux derniers tours sont indiquées par le second chiffre. Par exemple, si l’on considère une partie de Texas Hold’em Limit 2/4 €, toutes les mises au cours des deux premiers tours seront de 2 € puis de 4 € pour les deux tours suivants. 2 € représente également la valeur de la grosse blind. Au cours du premier tour, chaque joueur peut se coucher, suivre la grosse blind de 2 €, ou relancer en mettant 2 € de plus que la dernière mise. La première relance de 4 € correspond aux 2 € de la grosse blind plus les 2 € de la relance. Quatre mises maximum sont autorisées par joueur pendant chaque tour d’enchères (une mise et trois relances maximum).

- Pot Limit : La mise minimum est équivalente à la grosse blind, la mise maximum est équivalente au montant du Pot (somme de toutes les mises des joueurs au cours de la partie).

- No Limit : La mise minimum est équivalente à la grosse blind, la mise maximum est équivalente à l’intégralité du tapis du joueur (tous ses jetons).

Les limites et valeur des blinds des tables sont clairement notifiées.

Les Actions de Jeu

Si une mise a déjà été effectuée, il est possible de :

- Passer (Se Coucher) : abandonner la main. Un joueur a misé précédemment, il n’est pas obligatoire de rester dans le jeu et il est donc possible de se débarrasser de ses cartes et de quitter la partie en se couchant.

- Suivre : continuer de jouer en égalisant la mise du joueur précédent.

- Relancer : continuer de jouer en misant plus que la mise du joueur précédent. Une relance doit être d’un montant minimum équivalent à la relance précédente dans la limite de la table à laquelle le joueur est assis.

Si aucune mise n’a été effectuée, il est possible de :

- Faire Check : continuer de jouer en ne misant aucun jeton. Le Check peut être considéré comme une mise de 0.

- Miser : continuer de jouer en misant des jetons. En Texas Hold'Em No Limit et Pot Limit, la mise doit être d’un montant minimum de la valeur de la grosse blind.

Cas du tapis

Si un joueur mise un nombre de jetons donné et que l’ensemble des joueurs suivant cette mise ont un tapis total inférieur au nombre de jetons placés, alors le surplus de jetons misés par ce joueur lui sera restitué.

Dans la situation où un joueur fait tapis, les autres joueurs, encore dans la partie, doivent tous mettre le même montant que celui du joueur qui a fait tapis s’ils souhaitent rester dans la partie. Ensuite, ils doivent continuer de jouer normalement jusqu’à la fin du dernier tour d’enchères. A partir du moment où un joueur fait tapis, un nouveau pot (pot secondaire) est créé et regroupe les jetons qui sont misés après le tapis. Il peut y avoir autant de pots secondaires que de joueurs à tapis.

Exemple : Sur des blinds 10 / 20

- Joueur A possède 500 jetons et fait tapis avec As / As
- Joueur B possède 1 000 jetons et fait tapis avec Roi / Roi
- Joueur C possède plus de 1 000 jetons et paye tapis avec Dame / Dame

Le pot principal est créé en multipliant le plus petit tapis par le nombre de joueurs ayant payé ce tapis plus les blinds, soit 500 X 3 + 30 = 1 530 Le pot secondaire est la différence de jetons soit 500 X 2 = 1 000 jetons En admettant que le tableau ne vienne améliorer aucun des jeux, l’abattage se déroule de la façon suivante :

- Comparaison des mains impliquées dans le pot principal : Joueur A gagne avec As / As contre joueur B qui a Roi / Roi : joueur A gagne 1 530 jetons

- Comparaison des mains impliquées dans le pot secondaire : Joueur B gagne avec Roi / Roi contre joueur C qui a Dame/ Dame : joueur B gagne 1 000 jetons, joueur C perd.

Cas particulier d'une relance "invalide"

Ils ne pourront que suivre la mise du joueur à tapis ou se coucher. Les joueurs parlant après le joueur à tapis peuvent relancer et au minimum du montant de la dernière relance valide.

Exemple : Supposons que nous avons des joueurs A, B, C et dans un jeu où la petite Blind est à 5€ et la grosse Blind à 10€. Le joueur A ouvre avec une relance à 50 € au total (ce qui correspond à suivre les 10€ de grosse Blind et à relancer de 40€). Le joueur B fait tapis pour un total de 70€ (il suit les 50€ du joueur A et relance de 20€). Le Joueur C suit les 70€ du joueur B. Le joueur A ne peut pas relancer puisque le joueur B a fait une relance « invalide ». En effet, le joueur B a relancé de seulement 20€ alors qu’il aurait dû relancer au minimum de 40€. A noter que, le joueur C aurait pu relancer, avec une relance équivalente au minimum à la relance du joueur A, soit 40€. Dans ce cas, la dernière relance étant une relance valide, le joueur A n’a plus de restriction et peut relancer au minimum de 40€.

Le Cyber Stud Poker

Le Cyber Stud Poker est une version en ligne du jeu Stud Caribbean Poker. Ce dernier était très en vogue sur les bateaux de croisière en direction des Caraïbes, au 19ème siècle. La particularité de ce jeu, en comparaison aux autres variantes du poker en ligne, réside dans le fait qu'il n'engage que deux entités, à savoir le croupier et le joueur qui joue seul contre le premier.

Le but du Cyber Stud Poker est donc de battre le croupier, qui représente le casino, en formant une main plus haute que la sienne. À ce jeu, chaque main est composée de 5 cartes. Après que ces dernières ait été distribuées, il n'est pas possible de choisir ou d'échanger les cartes à conserver, car aucun tirage n'est effectué au Cyber Stud Poker.

La partie commence lorsque le joueur appose sa mise initiale ou ante, dont le montant minimal est souvent préalablement fixé. La plupart des casinos proposent des jackpots progressifs dans le Cyber Stud Poker. Pour pouvoir y accéder, le joueur doit verser une deuxième mise optionnelle, souvent fixée à un jeton. Par la suite, cinq cartes sont distribuées au joueur et cinq autres au croupier lui-même.

Ce dernier expose une de ses cartes et conserve les quatre autres, faces cachées. Le joueur dispose ensuite de deux options, soit de relancer en doublant sa mise, soit de se coucher et perdre son ante. Si la partie continue, le croupier est ensuite tenu de dévoiler toutes ses cartes au joueur. Une combinaison minimale, formée d'un As et d'un Roi, doit être atteinte par le croupier pour qu'il soit qualifié au prochain niveau de jeu. À défaut, il est tenu de payer le joueur à 1 pour 1 sur sa mise initiale. Quant à la deuxième mise, elle doit être simplement rendue au joueur. Si le jeu continue normalement son cours, le joueur compare ensuite sa main avec celle du croupier et gagne si la sienne est supérieure. En cas d'égalité, sa mise lui est rendue en totalité. Au Cyber Stud Poker, une victoire est payée 1 pour 1 sur la mise initiale. À ce premier gain vient s'ajouter une redistribution de la deuxième mise, calculée selon la hauteur de la combinaison et le tableau des remboursements. Quant au jackpot progressif, le joueur l'empoche si sa main est une quinte flush royale.